ACCUEIL POPULAIRE INSENSE DE LA PULPEUSE STAR IVOIRENNE EUDOXIE, Le drapeau national désacralisé

single-image

C’est la première fois dans l’histoire du Sénégal que des milliers de jeunes, drapelets aux couleurs nationales en main, ont offert un accueil populaire à une star tout simplement parce que celle-ci possède l’une des plus grosses paires de fesses d’Afrique. Eudoxie est arrivée à Dakar hier avec l’autre star malienne, Diaba Sora rendue célèbre par ses tenues excentriques, indécentes et provocatrices qui attirent la colère des Maliens qui la traitent de tous les noms d’oiseaux sur la toile. Diaba Sora n’hésite pas à révéler que certains hommes lui offrent des dizaines  de millions pour coucher avec elle.

L’indécence est ainsi saluée, la débauche érigée au rang de vertu. Le drapeau national a été sali par des artistes et jet-setteurs sénégalais très célèbres qui n’ont cure de la pudeur et des bonnes mœurs car il a été agité pour accueillir des symboles sexuels, pour ne pas dire des prostituées de luxe. Le plaisir de regarder par le trou de la serrure est porté par de nouveaux Sénégalais et de nouvelles sénégalaises, stars dévergondées et musiciens aux tendances sexuelles douteuses qui ne cachent plus leur penchant pour le sordide, le pervers. C’est une nouvelle société du voyeurisme qui s’incruste et… c’est pitoyable. Car il n’y a guère, un jeune Sénégalais a été lauréat du prix international de récitation de Coran et, à son retour au pays, il n’a pas eu droit à un accueil aussi populaire.

BADARA SAMB