Quand l’Afrique de l’ouest rend hommage à un digne fils de Louga

single-image

Ce dimanche 2 juin 2019 la famille de la BCEAO a rendu un vibrant hommage à un fils de Louga, El Hadj Djiby Sakho, décédé à Abidjan le mercredi 29 mai.

Le défunt était le Président du Conseil d’administration (Pca) de la Caisse de retraite par répartition avec épargne de l’Union monétaire Ouest Africaine de l’Union monétaire Ouest-Africaine (Crrae-Umoa).

Mais auparavant il a été Directeur national de la Bceao de février 1987 à mars 1990 où il a travaillé aux côtés du président Alassane Ouattara qui en était le Gouverneur. A entendre les témoignages de ses pairs, El Hadj Djiby Sakho a abattu un travail remarquable au sein de la Bceao où il a rendu des services immenses à son pays et au continent africain.

Lorsqu’il quittait la tête de l’Institution comme Gouverneur, Alassane Ouattara avait demandé à Djiby Sakho de venir travailler à ses côtés dans les institutions ouest-africaines et c’est ainsi qu’il en est arrivé à diriger la Caisse de retraite par répartition avec épargne de l’Union monétaire Ouest Africaine.

A la suite de son décès à Abidjan, c’est le Président Ouattara en personne qui a tenu à accompagner sa dépouille jusqu’à sa dernière demeure et c’est son avion personnel qui a acheminé le corps jusqu’à Dakar.

La présence du président ivoirien a fortement marqué les esprits lors de la cérémonie de prière mortuaire qui a eu lieu à la mosquée Mermoz de même que celle de son Premier ministre et d’autres personnalités ivoiriennes. Même la Première Dame a fait le voyage au Sénégal tant Djiby Sakho était lié à la famille présidentielle ivoirienne. C’était un ami fidèle d’Alassane Ouattara qui, pour magnifier leur compagnonnage lui a décerné à titre posthume la distinction de Commandeur dans l’ordre du mérite ivoirien.

Si par la fortune on pouvait échapper à la mort Djiby n’aurait pas quitté ce bas monde car, durant sa maladie le président Ouattara avait fait tout ce qui était possible pour qu’il se rétablisse et puisse rejoindre sa famille. Mais, face au décret divin les croyants ne peuvent que s’incliner et accepter le sort.

Il y a eu d’émouvants témoignages dont ceux de l’actuel Gouverneur de la Banque centrale et de l’Imam de la mosquée de Mermoz dont le défunt était un des fidèles mais aussi un bienfaiteur infatigable.

De l’avis de tous, c’était un homme de bien, un homme de valeur.

L’Etat du Sénégal était représenté par le Ministre d’Etat Ismaïla Madior Fall au nom du président de la République absent du Sénégal, lequel a également fait un témoignage élogieux. Une forte sécurité a été déployée pour faciliter le retour de Djiby à Louga, à Toll Perrot  pour un repos éternel aux côtés de sa maman. Le président Ouatara qui a ramené la dépouille dans son avion en provenance de la cote d’ivoire a offert aux Imams la somme de 2.000.000 et 3.000.000F pour les besoins de la mosquée. Il a tenu également à accompagner son ami jusqu’à Louga sa ville natale qu’il aimait tant et où il avait investi. Le défunt possédait en effet à Louga une Supérette, une boulangerie et un grand verger.

C’est dire que notre ville regorge de gens de valeurs reconnus à travers le monde entier comme feu Djiby Sakho.

Mais le geste du président ivoirien doit être médité par certains de nos hommes politiques qui, pour on ne sait quelles raisons ne sont pas souvent présents lors de certaines cérémonies. Comme ces personnalités que l’on ne voit jamais au cours des funérailles de proches ou d’éminentes personnalités de la ville.

Badara Samb Lg8tv