Question directe au Conseil Municipal de Louga: UNE NACELLE ELEVATRICE À 14 MILLIONS CINQ CENT MILLE FRANCS DEJA EN PANNE, De l’argent jeté par la fenêtre ?

single-image

Beaucoup de Lougatois qui s’intéressent à la gestion municipale ont été heureux d’apprendre l’investissement fait dans le cadre de l’exécution du budget de cette année. En effet pour la première fois une nacelle a été achetée par un conseil municipal. Pour un petit rappel : Une nacelle élévatrice est un engin de chantier servant à faciliter l’accès à une zone de travail en hauteur. Elles offrent des solutions d’intervention pour effectuer des travaux de maintenance, de réparation, d’entretien ou encore de nettoyage lorsque des solutions permanentes n’existent pas. Parfois appelées PEMP, acronyme de Plateforme Élévatrice Mobile de Personnel, ces nacelles élévatrices sont aménagées pour pouvoir accueillir une ou plusieurs personnes et disposent d’une rambarde de protection contre les risques de chutes. Il existe plusieurs modèles de nacelles élévatrices qui seront choisies en fonction des travaux à effectuer.

La satisfaction des lougatois a surtout été que le conseil municipal ne fera plus appel à une société basée à St Louis pour l’entretien des lampadaires. Le Conseil municipal  de Louga a investi 14 500 000F pour l’achat d’une nacelle. Grande a été la surprise des populations dès la mise en circulation de constater la vétusté et le piteux état du matériel acheté avec 14 500 000F de nos pauvres sous. Mais, dès ses premières sorties les Lougatois désabusés ont remarqué que la nacelle achetée ne faisait pas l’affaire et, pire, elle tombe en panne à chaque sortie. Puisque le conseil municipal de Louga aime bien  que l’éclairage public ne souffre d’aucune faille, surtout en cette  veille de Gamou pour préparer l’arrivée du maire et ses bœufs destinés aux familles religieuses, les populations ont vu une autre nacelle venue de l’extérieur de Louga pour faire le boulot parce que celle achetée par le conseil municipal pour 14 500 000F de nos pauvres sous est hors d’usage. Ce qui pousse les Lougatois à interpeller le Conseil municipal sur les questions suivantes : Quel a été le cahier de charge ? Qui est le fournisseur de ce matériel déjà hors d’usage ? Quelle était la garantie de cette acquisition ? La réponse à ces trois questions permettra d’éclairer la lanterne des Lougatois qui ne cessent de ruminer leur déception.

Non seulement le véhicule et la nacelle sont d’occasion mais, par quelle magie et quelle autorisation ils ont eu pour acheter ce matériel ?

Parce que dans le code des obligations administratives l’administration n’a pas le droit d’acheter des véhicules d’occasion. Et s’il y a achat de véhicule, la procédure d’acquisition doit obligatoirement en cas de livraison passer par la Direction du Matériel et du Transit administratif de l’Etat (DMTA) pour l’immatriculation

La mairie a-t-elle eu une autorisation particulière de l’Etat pour l‘achat d’un matériel usagé et, amortidepuis longtemps, ce qui est interdit par l’administration dont les communes sont des démembrements ? Comment la commission d’achat a-t-elle pu valider cet achat ? Y a til eu une commission de réception ?

Affaire à suivre.

LG8TV.COM